De Trinidad et Tobago, Anaïs, créatrice de Clarence et Jude m’a accordé quelques minutes pour répondre à mes questions.

Je vous retranscris un entretien passionnant saupoudré de quelques nouvelles en avant premières…

 

Bonne lecture.

 

 

1)      Comment est venu l’envie, le projet de créer Clarence et Jude ?

Le projet s’est monté de manière fluide. J’étais au Cameroun à l’époque, ayant suivi mon mari expatrié. Nos 2 enfants y sont nés. J’avais alors du temps pour m’atteler à la couture. J’ai débuté par la création de petites pochettes qui ont eu du succès auprès de mes amies.

De fil en aiguille j’ai participé à des marchés et mes pochettes se sont bien vendues. Je n’avais alors, pas du tout l’intention de créer une marque.

C’est au Congo, pays suivant, que Clarence et Jude est née.

 

 

2)      Quand a débuté l’aventure ?

Nous avons lancé la première collection de prêt à porter au printemps 2016, et la première collection de chaussures en hiver 2016.

Nous sommes encore une marque toute jeune.

 

3)      Qui sont vos associés ? Avez-vous des rôles définis ?

Nous sommes 4 aujourd’hui dans l’aventure.

Je me suis associée avec d’anciens camarades d’études supérieures (école de commerce), et des amis d’amis.

Nous travaillons beaucoup avec des free-lance notamment la gestion du site internet, le community management etc.

Nos rôles sont plus ou moins définis selon nos compétences qui sont complémentaires.

L’une de nous s’occupe du style. En effet, elle gère la création des produits, à la fin de la confection, en passant par le sourcing des matières, le choix des tendances, la validation des prototypes etc.

Un autre s’occupe beaucoup du digital.

De part mes expériences professionnelles passées, je me charge de la partie plus « business », à savoir le marketing, la communication, la créa, et beaucoup la relation client.

Relation client qui d’ailleurs, ne s’inscrit pas du tout dans une démarche « SAV », mais plus dans une relation proche de la cliente. Nous désirons nous montrer à l’écoute.

 

4)      Comment développez-vous les collections ? En terme de design, fabrication ?

Aujourd’hui nous travaillons avec des ateliers à Paris, en Italie et au Portugal pour les chaussures.

Nous ne designons pas de collections printemps/été ou automne/hiver mais plus sur des collections capsules.

Le rythme est accéléré. Nous en avons lancé 3 au printemps 2017, et 3 en hiver.

La prochaine est prévue le 3 décembre 2017…

 

Nous avons un partenariat avec l’école Mode spé. C’est une école très complète. Nous travaillons avec 2 de leurs professeurs qui font plancher les élèves sur des études de cas sur notre marque.

Les étudiants travaillent par exemple sur le SWOT de Clarence et Jude, des communiqués de presse, des idées tendances, recherche d’image, univers de marque etc.

Cette école ne les forme pas seulement au stylisme, c’est un apprentissage intelligent alliant business model et mode.

Nous nous aidons du travail des étudiants. Néanmoins notre marque nous est propre.

 

Concernant le design et la fabrication, mon associée du style travaille sur les tendances, le dessin du produit, les matières et travaille main dans la main avec les ateliers.

Pour le cuir c’est l’atelier du Portugal qui source les matières et nous les proposes selon nos modèles, les croquis. Ils sont d’ailleurs source de proposition sur la forme, et la cambrure du pied afin de garantir un confort sans faille à nos clientes.

 

5)      Quelles sont vos sources d’inspiration ?

« RockMantique » nous définit vraiment. Notre style est un romantisme moins lisse.

Nos sources d’inspiration sont multiples. Cela peut venir d’une matière, d’un coloris ou bien d’une histoire que nous voudrions raconter dans notre prochaine collection. Il n’y a pas de règle.

 

Le 3 Décembre 2017 nous lancerons une nouvelle collection capsule « Faites d’éclats ». Nous présenterons des jupes dorées, plissées, des tops noirs en soie. Une collection vraiment festive à l’approche des fêtes.

Nous souhaitons vraiment nous différencier de Sézane, même si notre modèle économique (vente en ligne) est similaire.

Nous avons une image plus osée, affirmée.

Clarence c’est le côté classique et Jude a un côté plus “je veux me lâcher en soirée”.

« Happiness looks gorgeous on you »

Merci Anaïs

 

P.S. : Les photos de cet article proviennent du site internet de Clarence et Jude et sont la propriété de la marque.